Mentalcamp
27/07/2019

6 clefs pour rester motivé pendant l’été et continuer de progresser

vladimir-kudinov-rkimg1bwsmy-unsplash_resize5f7n8P6qQgL1U

L’été, sa chaleur, ses soirées longues permettant de s’entrainer tôt le matin, ou tard le soir… C’est aussi la période de relâche, de vacances, de farniente, de barbecue et d’apéro… C’est le moment où les compétitions se terminent si ce n’est pas déjà fait. On laisse les derniers championnats de France se faire. Restent généralement ceux qui sont qualifiés pour les phases internationales pour les sportifs de haut niveau. Mais bien souvent pour les autres, c’est relâche, ce qui veut parfois aussi dire… relâchement et perte de motivation.

Ce qui n’a rien à voir.

Tout ceux qui ont su s’entrainer dur dans leur sport, en hiver, dans le froid, dans le gris, d’un coup, se retrouvent parfois de façon surprenante en perte de vitesse.
Qu’il y ait un break par rapport au quotidien, c’est bien. Pour se regénérer c’est important, pour faire d’autres sports pour se changer les idées, pour faire le point et digérer la saison passée, les avantages sont nombreux, dans le but de repartir de plus belle. En fait, c’est un temps actif. Durant ce break, on fait des choses.

Le risque, c’est de confondre break d’été et pause totale…


Du coup, voici nos clefs pour rester motiver et continuer de pratiquer pour s’entraîner à faire la différence en anticipant la prochaine saison.



Clef numéro 1 : Vous faites du sport ou vous êtes sportif ?
Amusant de voir que certains sont sportifs durant l’année, et s’arrête l’été, parfois même avec la raison de « je suis en vacances ». L’inverse est vrai aussi. Sauf que, ceux qui arrivent à maintenir une activité quasiment permanente et régulière ont ça dans le sang… et véritablement, ils ne font pas du sport : Ils sont sportifs. Dans notre façon de parler d’une activité, d’une passion, nous pouvons déjà indiquer à notre mental son importance. Ainsi quelqu’un peut dire qu’il fait du crossfit, ou qu’il est crossfiteur, qu’il pratique la natation, ou qu’il est nageur, danseur, danseuse, marathonien, traileur…
Ils se définissent de façon identitaire à ce qu’ils font. Ainsi, les actions qu’ils font deviennent ce qu’ils sont. De telle façon que pratiquer leur sport et vivre sont indissociables. Prenez un temps pour réfléchir à ça, et peut être simplement changer votre façon de parler de la relation entre vous et votre pratique.
 
Clef numéro 2 : Focus sur l’action et le processus
Parfois, on se trompe de cible, où on se concentre sur l’un des aspects de la pratique sportive : le résultat. « Je veux passer en dessous des 40 minutes sur le 10kms », « cet été, je veux grimper mon premier 7A à vu »… Créant ainsi un focus sur la finalité de l’action. C’est important d’avoir un but, néanmoins, notre année « scolaire » est remplie de buts à atteindre, au travail, ou même lors des compétitions qui jalonnent l’année… l’été peut devenir le moyen de se recentrer sur le processus. « Je vais courir, profiter de ma foulée au milieu des montagnes. », « je nage, et je vais peut-être faire ¾ kms… ». On ne dit pas de délaisser l’objectif de résultat. Il faut le garder, tout en mettant en avant le processus.

Clefs numéro 3 : Transversalité : jouer à d’autres sport et redevenez débutant
Apprendre, apprendre et apprendre, nous permet de nous améliorer. Dans tous les domaines, c’est ainsi que nait la spécialisation et le spécialiste. Le sportif est bien souvent un spécialiste. Même dans les sports qui se veulent être généralistes et touche-à-tout comme le crossfit, ou les pratiquants de courses type Spartan Race, ils sont spécialistes qu’ils le veuillent ou non. La spécialisation amène un certain usage de la motricité qui permet de gagner en finesse, en réactivité et en intelligence motrice. Maintenant, cela crée aussi des routines et des automatismes dans le cerveau. Paradoxe total, puisque le cerveau aime la nouveauté. Alors c’est le moment de lui en donner. L’été, testez de nouvelle discipline. Faites comme les grandes équipes qui vont volontairement sortir de leur sport pour aller faire du kayak, de la randonnée, de l’escalade… Redevenir débutant permet de gagner en fraicheur mentale pour revenir alerte et prêt à en découdre encore plus pour la nouvelle saison.

Clefs numéro 4 : Gardez la raison de votre pratique physique
Souvenez vous du pourquoi de votre investissement. Être sportif, c’est être animé au quotidien par des valeurs fortes, et du sens : la nature, le partage, le dépassement… C’est lorsqu’on perd de vue ce sens là que la motivation baisse. Par contre, lorsque celui-ci est bien gardé en tête alors la motivation est plus forte, en permanence renouvelée. Enfin, lorsqu’on pratique son sport par amour du dépassement, vous pouvez durant l’été pratiquer tous les jours un sport différent du moment qu’il corresponde à ce sens-là… et vous serez inarrêtable même en intersaison.  

Clefs numéro 5 Maitrisez vos pensées
Haaa, les pensées. Celles qui disent « fais la grasse mat’ c’est les vacances » « encore un peu de barbecue », « tu iras faire du sport demain »… Elles nous conditionnent... uniquement si on les laisse faire. A Mental Camp, lors des stages, bien souvent on aborde ce point avec nos stagiaires. Car la pensée peut nous transcender, comme elle peut nous faire douter, créer des hésitations, des craintes et des distractions…
Qu’importe la méthode : apprise dans les autres articles Mental Camp, dans le ebook Mental Camp, dans les stages, conservez une attention à vos pensées. Car, c’est à vous de les piloter. Sinon, la pensée peut nous faire croire que nous sommes du même avis qu’elle, ce qui n’est pas toujours le cas n’est-ce pas ? Vous n’êtes pas vos pensées… Rappelez-le lui d’une façon ou d’une autre pour être inébranlable.

Clef numéro 6 : Définissez vos objectifs correctement
Le mental du sportif a besoin de direction, et de chemin pour l’avenir. L’été est le bon moment pour définir vos objectifs pour l’année à venir. C’est le moment de commencer à imaginer et visualiser vos enjeux, les épreuves, les courses qui vous plaisent…Et vous concentrer sur ce qui vous fait déjà vibrer émotionnellement dès aujourd’hui. Un objectif, ce n’est pas qu’un chrono, une distance, un classement, c’est aussi un moment fort en émotion. Et ce moment-là, votre mental sait déjà vous dire ce qui va avoir de l’importance ou pas. Car en vous projetant dans l’avenir, en rêvant quelques instants, comme en autohypnose, tout de suite votre système émotionnel va vous indiquer si c’est attirant ou pas. Et vous savez quoi ? On vous recommande de vous concentrer en priorité sur les objectifs attirants, pas qu’intellectuellement, mais surtout émotionnellement. Alors, écoutez-vous !
 



Il y aurait encore bien d’autres choses à dire, mais ce sont les points sur lesquels nous revenons régulièrement en stage ou en séance de coaching mental individuel. Alors à vous de jouer, partager et continuer de pratiquer.
L’équipe Mental Camp reste disponible pour vos questions ou remarques. Nos stages sont déjà en ligne pour l’année prochaine, alors peut-être à bientôt. Et bon été !




Il n'y a pas encore de commentaire
   
Pseudo*
Message  
Conception: Colorscreen - Création de site internet

Connexion